Affaires scolaires

Cours disponibles

TitreDescription
Anthropologie philosophique

L’analyse des problèmes majeurs de notre temps et le développement à la fois prodigieux et inquiétant des sciences humaines provoquent, avec une particulière acuité, l’interrogation fondamentale : qu’est-ce que l’être humain? Quelle est sa place dans l’univers? Quelles sont ses dimensions essentielles?  Le but de ce cours est de poser le problème de l’anthropologie philosophique et de signaler des éléments de réponse qui peuvent susciter une réflexion personnelle sur cette question centrale de la philosophie.

Approcher la fin de vie aujourd’hui I : le contexte social et légal contemporain de la fin de vie

Au cours des dernières décennies, les avancées de la médecine contemporaine et les transformations de la société sur le plan des valeurs sociales et éthiques ont modifié la manière dont nous faisons face, individuellement et collectivement, à la mort et à la finitude de l’existence humaine. Ces développements trouvent des échos particuliers dans les débats autour de la légalisation de l’aide médicale à mourir qui ont eu cours ces dernières années. Ces changements législatifs transforment l’organisation et la pratique des soins de fin de vie. Ce cours vise à explorer les enjeux éthiques que soulèvent ces changements et à approfondir les éléments en jeu dans la manière dont notre société approche la mort et le mourir aujourd’hui.

Approcher la fin de vie aujourd’hui II : le contexte clinique et éthique de la fin de vie

La fin de vie est entrée aujourd’hui davantage dans un registre décisionnel et dans un rapport de maîtrise du temps de la fin, alors que la médecine dessine un nouvel espace de la responsabilité pour les soignants, comme pour le patient et ses proches. Un éventail de pratiques et de situations cliniques ont vu le jour dans la prise en charge des personnes en fin de vie : aide médicale à mourir, soins palliatifs, sédation palliative, arrêt ou abstention thérapeutique, limitation des soins, refus de traitement, etc. Ce cours a pour objectif de réfléchir sur les enjeux éthiques et spirituels rencontrés dans les situations et les pratiques de soins en fin de vie et de dégager des points de repère en vue d’éclairer les décisions.

Approcher la fin de vie aujourd’hui III : le contexte relationnel et spirituel de la fin de vie

Nous nous retrouvons souvent démunis face à une personne qui va mourir. S’en approcher est une expérience difficile qui nous interpelle, nous déplace, voire même nous déstabilise. Nous ressentons alors un malaise. Rien ne semble aller de soi : ni la présence, ni les attitudes, ni la parole. Temps éprouvant et souffrant. Mais ce temps peut également se révéler et se vivre comme un moment précieux d’humanité. Un temps de la fin, certes, mais un temps porteur de vie, et quelque fois même d’un surcroît de vie. Ce cours a pour objectif de réfléchir sur l’expérience de fragilisation vécue par une personne en fin de vie et d’explorer des pistes possibles pour mettre en œuvre une démarche d’accompagnement de cette personne.

Bible et herméneutique

L’interprétation de la Bible est une entreprise complexe. Grâce à un parcours retraçant l’histoire de l’herméneutique biblique au fil des siècles, ce cours fournira des outils permettant d’interpréter correctement cette collection de textes anciens et de se retrouver parmi la panoplie des méthodes d’exégèse disponibles de nos jours.

Continuité ou rupture ? Culture traditionnelle et conversion au christianisme chez les Innus

Après l’arrivée des Jésuites en Nouvelle-France, une grande partie des Innus s’est convertie au christianisme. On pourrait donc penser que ce changement leur a fait perdre leur identité.  Et pourtant, une de leurs auteures qui dénonce la dépossession des valeurs innues accomplie par les Blancs, An Antane Kapesh, ne mentionne pas leur christianisation parmi les traits négatifs que leur a apportés cette présence ? Comment cela pourrait-il être possible ?

Droits de la personne, une introduction

Les droits de la personne, et en particulier le droit de chacun à la liberté, semblent si familiers, si évidents dans notre vie quotidienne qu’on serait tenté de penser qu’on en sait énormément et que se proposer d’en questionner le sens, voire de les remettre en question, apparaît comme un non-sens. Cependant, ne sommes-nous pas en droit de nous interroger si nous sommes aussi outillés d’en justifier le sens? Par-delà les évidences assurées, les données et des faits de droits de la personne, ce cours de philosophie se propose d’initier l’étudiant à une réflexion fondamentale, critique et argumentative sur les droits de la personne, en s’appuyant sur des philosophes. Autant qu’il examine, de ce point de vue, les enjeux émergeants que pose aux droits de la personne le développement de la modernité et de la technologie. Quelles sont les propriétés constitutives du concept de droit de la personne ? Quel est le fondement des droits de la personne ? Les droits de la personne sont-ils absolus ? Quelle est la typologie des droits de la personne ? Quelle rationalité sous-tend la prétention à leur catégorisation ? Que nous renseigne l’héritage philosophique ? Quels sont les modes d’opérationnalisation des droits de la personne au Canada et à l’international ? Quels sont les enjeux liés aux droits de la personne en temps de pandémie ? Voilà autant de questions qu’entend discuter le cours de Droits de la personne.

Études des textes philosophiques du XVIe au XIXe siècle

Ce cours propose une lecture détaillée d’œuvres philosophiques marquantes de la pensée moderne, de Descartes à Hegel.

Épître aux Hébreux et lettre de Jacques

Ce cours accordera une place importante à la manière dont l’épître aux Hébreux décrit le salut chrétien selon une perspective sacrificielle, et la figure de Jésus qui s’en dégage. La lettre de Jacques sera abordée dans son contexte culturel, sans négliger son apport original au corpus épistolaire du Nouveau Testament.

Les débats théologiques médiévaux, modernes et contemporains sur l’idée de «Dieu»

Depuis longtemps penser et nommer « Dieu » est l’objet de débats, de discussions, de choix philosophiques et théologiques. Après des siècles de travail pour établir un mode acceptable et stable de penser et nommer « Dieu », diverses péripéties intellectuelles et institutionnelles ont commencé à déplacer, déstabiliser, déconstruire ce mode de penser « Dieu », avant même que divers types d’athéismes en viennent à proclamer l’inexistence de ce « Dieu », en tous les cas le caractère inacceptable intellectuellement et existentiellement de cette idée. Ils incitent alors à repenser les idées qui prétendent représenter « Dieu ».

Le cours entend introduire à ces questionnements et à les inscrire dans leurs contextes historiques, tant ecclésiaux, sociaux qu’intellectuels (théologiques et philosophiques). Ce cours le fera en partant de trois idées modernes importantes : « Dieu personnel », Dieu comme « l’Absolu » et Dieu comme le « Tout Autre ».

Selon la composition linguistique et académique du groupe, le plan proposé pourra être ajusté afin d’être pédagogiquement plus adapté.

La Bonne Nouvelle en paraboles

Paraboles de Luc dans la liturgie dominicale (Année C):de l’exégèse à la prédication

Des quatre évangiles, c’est celui de Luc qui nous transmet le plus grand nombre de paraboles de Jésus. Sur la quarantaine contenue chez les trois synoptiques, Luc en compte à lui seul près d’une trentaine, dont plus de la moitié étalée tout au long de la section centrale de son évangile retraçant la montée de Jésus à Jérusalem. Dans ce trésor, la liturgie dominicale de l’année C puise abondamment, en particulier les dimanches du temps ordinaire, depuis le 11e dimanche jusqu’au 30e. Ce sont elles que le cours se propose d’explorer en deux temps, en alliant l’approche exégétique au souci de retracer en quoi ces récits exprimant à travers le symbole diverses facettes de l’Évangile peuvent inspirer l’expérience croyante d’aujourd’hui.

La justice chez Thomas d’Aquin II

Ce séminaire est la deuxième partie de notre étude du traitement de questions sur la « justice » dans le corpus thomasien. Pour ce faire, il fait appel à des propositions philosophiques contemporaines pertinentes, certes, mais pouvant sembler éloignées des préoccupations de l’Aquinate.

Latin

Salvete, discipuli ! Pour suivre ce cours, il est absolument nécessaire de vous procurer le manuel Invitation au latin, 5e de Jacques Gason et Alain Lambert. Ce manuel contient non seulement les leçons, mais aussi des exercices très utiles et des textes bien adaptés pour les commençants.

Ce manuel devrait être en vente à la Librairie du soleil (succursale d’Ottawa Marché By), même s’il n’apparaît pas sur leur site internet. Veuillez communiquer avec le libraire afin de l’obtenir le plus tôt possible. Nous nous en servirons dès les premières séances.

Pensez aussi à vous procurer déjà le manuel Invitation au latin, 4e.

Le développement psycho-religieux de la personne

Le cours propose l’exploration de modèles du développement de la personne qui tentent d’articuler la dimension spirituelle et religieuse aux dimensions psychologique et sociale. L’étudiant pourra ainsi revisiter ses repères préexistants, afin d’élaborer une synthèse personnelle transférable dans ses interventions en catéchèse et en pastorale.

Philosophie de l’émancipation: soulèvements, insurrections, et révolution III (réflexions contemporaines)

Pour la troisième année de ce séminaire, partant des conclusions provisoires des séminaires du printemps 2020 et 2021, ce séminaire explorera diverses perspectives philosophiques pour réfléchir aux événements et situations appelés « soulèvements », « insurrections » et « révolutions ». Comment les penser ? Qu’offrent-ils à penser lorsqu’ils adviennent dans un régime « démocratique »?  Cette année, la réflexion portera sur les propositions d’auteurs de la seconde moitié du XXe siècle et du début du XXIe siècle.

Repères pour lire la Bible : l’approche dite historico-critique

Que nous le sachions ou non, il suffit de lire nos traductions de la Bible, avec leurs notes et leurs introductions, pour constater que nous vivons des acquis de cette approche scientifique de la Bible, bien rodée depuis le 19e siècle et désignée comme « exégèse historico-critique ». Comment se pratique-t-elle? À quelles questions cherche-t-elle à répondre? À quelles questions ne peut-elle pas répondre? Si elle s’arrête en chemin, cette approche peut en rester à une lecture desséchante de l’Écriture. Alors qu’appliquée intégralement, elle peut déboucher sur une lecture non seulement rigoureuse mais nourrissante et éclairante. Le cours se propose de fournir les repères essentiels pour son application au Nouveau Testament en particulier. Étudiants et étudiantes seront heureux d’y trouver une véritable méthode de travail, avec une mine d’exemples pour l’illustrer.

N.B. A fait l’objet d’une publication récente que les personnes pourront se procurer si elles le désirent [Repères pour une exploration historico-critique du Nouveau Testament (Cahiers Évangile, no 192), Paris, Éditions du Cerf, 2020]. Ce texte sera mis à jour et complété par un dossier accompagnateur.

COVID-19mises à jour